Les avantages et inconvénients de l'ARE en micro-entreprise | Le guide du micro-entrepreneur Les avantages et inconvénients de l'ARE en micro-entreprise
Le guide du micro-entrepreneur > Création d'une micro-entreprise > Les avantages et inconvénients de l’ARE en micro-entreprise

Les avantages et inconvénients de l’ARE en micro-entreprise

Si vous créez une micro-entreprise en tant que demandeur d’emploi indemnisé, vous aurez à faire un choix entre l’ARCE ou le maintien de l’ARE. Les deux aides présentent chacune des points forts et des points faibles. Le guide du micro-entrepreneur vous détaille ici les avantages et les inconvénients de l’ARE (aide au retour à l’emploi).

avantages inconvénients are micro-entreprise

Les avantages conférés par le maintien de l’ARE lors de la création d’une micro-entreprise

L’aide au retour à l’emploi (ARE) présente l’avantage incontestable d’assurer un revenu stable et constant au micro-entrepreneur créateur. Si vous vous lancez dans une activité indépendante sans avoir de réelle visibilité quant aux revenus que vous pourrez en dégager, cette solution est la plus appropriée. En effet, en l’absence d’encaissements, vous percevrez l’intégralité de votre allocation mensuelle. De plus, vous pouvez cumuler les deux revenus (chômage et micro-entreprise) dans une certaine limite. L’objectif étant de vous garantir un revenu équivalent à celui calculé par Pôle Emploi. Vos droits à l’assurance chômage se poursuivent jusqu’à leur terme.

Enfin, en optant pour le maintien de l’ARE plutôt que le versement de l’ARCE, vous conservez votre statut de demandeur d’emploi. Vous devez effectivement maintenir votre inscription sur les listes des demandeurs d’emploi. De ce fait, vous pouvez continuer à bénéficier de tous les « avantages » que procure ce statut : tarifs réduits pour vos moyens de transport, prix préférentiels pour vos activités de loisir…

pub

Les inconvénients de l’option pour le maintien de l’ARE pour un micro-entrepreneur

L’ARE comporte toutefois quelques inconvénients qu’il convient de détailler. En premier lieu, contrairement à l’ARCE, l’ARE ne vous apporte aucun capital de départ pour votre projet. Si vous devez apporter des fonds personnels pour financer votre projet de création, vous ne pouvez compter sur cette aide. Vos investissements de départ, votre besoin en fonds de roulement ou votre trésorerie initiale devront être financés par d’autres moyens. Il pourra s’agir d’une épargne personnelle, d’un ou plusieurs prêts (banque, famille ou amis) ou d’aides diverses.

Par ailleurs, l’ARE subit un mécanisme de plafonnement. Vos revenus totaux mensuels (micro-entreprise et droits à l’assurance chômage) ne peuvent excéder votre salaire mensuel moyen calculé par Pôle Emploi. Il s’agit de votre salaire journalier de référence multiplié par 30,42. En cas de dépassement, l’écart est valorisé en jours indemnisables et vient réduire d’autant votre allocation. Les jours non indemnisés viennent s’ajouter à votre compteur dans les limites légales. Si vous prévoyez une progression très rapide de votre activité (et donc des encaissements importants de chiffre d’affaires), il est généralement préférable d’opter pour le versement de l’ARCE. Cette option vous permettra de récupérer 45 % de vos droits restants à l’assurance chômage.

 
logiciel compta facturation
Thibaut Clermont

Rédacteur et webmaster du site Le guide du micro-entrepreneur. Dirigeant de FCIC - Médias online sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise.



Poster un commentaire

Copyright © SARL F.C.I.C 2018 - Le Guide du Micro-entrepreneur - Site édité par F.C.I.C.
commodo dapibus id Curabitur mattis libero at ipsum