Les inconvénients du logiciel de facturation pour une micro-entreprise | Le guide du micro-entrepreneur Les inconvénients du logiciel de facturation pour une micro-entreprise
Le guide du micro-entrepreneur > Gestion d'une micro-entreprise > Les inconvénients du logiciel de facturation pour une micro-entreprise

Les inconvénients du logiciel de facturation pour une micro-entreprise

Le logiciel de facturation, bien qu’essentiel pour une micro-entreprise, présente toutefois quelques inconvénients. Il faut les avoir à l’esprit avant d’investir dans une telle solution. Le guide du micro-entrepreneur vous présente les principaux inconvénients du logiciel de facturation pour un micro-entrepreneur, à savoir :

inconvénients du logiciel de facturation pour une micro-entreprise

Le logiciel de facturation peut représenter un coût important pour votre micro-entreprise

C’est le principal inconvénient du logiciel de facturation. Ce dernier peut, en effet, générer un surcoût important pour votre micro-entreprise ; surtout si vous établissez les factures de votre micro-entreprise à l’aide d’une solution gratuite (un tableur ou un facturier papier par exemple). L’impact s’accroît de façon significative pour les activités qui nécessitent des « solutions métiers » comme le bâtiment.

Les prix d’un logiciel de facturation pour micro-entreprise varient. Ils dépendent du mode d’utilisation (en monoposte sur un matériel informatique ou en ligne au mode SaaS). Ils commencent généralement à partir de  :

  • 10 euros hors taxes par mois pour les solutions en ligne,
  • 200 euros hors taxes pour les logiciels à installer sur une machine.

Le logiciel de facturation doit être paramétré pour fonctionner correctement

Pour qu’un logiciel de facturation fonctionne convenablement, un paramétrage rigoureux s’impose. A ce titre, vous devrez renseigner tous les champs qui concernent votre micro-entreprise :

  • Votre nom et votre prénom ainsi que votre adresse professionnelle,
  • Les fiches « clients » comportant les informations relatives à vos clients,
  • Les particularités liées à votre entreprise (application de la franchise en base de TVA par exemple).

Si vous ne prenez pas le temps de procéder ainsi, vous aurez à en essuyer les plâtres : oubli de mentions obligatoires (notamment si la franchise en base de TVA s’applique, facturation de la TVA à tort (qui vous en rend redevable, même si vous n’y êtes pas assujetti), incohérence dans la numérotation (erreurs dans la chronologie), etc. Dans ce cas, le logiciel de facturation peut représenter un risque pour votre micro-entreprise.

Il existe différents moyens de se prémunir contre ce genre de désagrément :

  • Suivre une formation liée à l’utilisation pratique du logiciel (et à son paramétrage) ;
  • Demander une aide à distance à l’éditeur du logiciel de facturation (s’il propose ce type de prestation).
creation gestion micro-entreprise

Le logiciel de facturation en ligne doit retenir votre attention de micro-entrepreneur

Si vous prévoyez d’avoir recours à une solution de facturation en ligne (Cloud ou Software as a service), vous devez intégrer deux inconvénients supplémentaires dans votre raisonnement.

En premier lieu, sachez que ce type de logiciel vous rendra dépendant d’Internet. Cela ne pose, à priori, aucun problème étant donné que la couverture française s’avère plutôt bonne mais il est important de vérifier d’autres paramètres comme le débit, la fréquence et l’importance des coupures de service, etc. En effet, une connexion de mauvaise qualité peut vite venir contrarier votre expérience utilisateur : impossibilité d’accéder aux données, déconnexions à répétition…

Enfin, vous devez présenter une certaine vigilance quant à la société qui édite le logiciel de facturation. Le lieu d’implantation de ses serveurs est essentiel et ce pour différentes raisons. Tout d’abord, il donne une indication sur le degré de sécurisation des serveurs. Par ailleurs, il faut avoir à l’esprit que les données (donc les vôtres) contenues dans des serveurs physiquement implantés dans certains pays sont consultables par l’administration sans avertissement ni demande d’autorisation. C’est notamment le cas des serveurs implantés aux États-Unis par exemple.

Thibaut Clermont

Rédacteur et webmaster du site Le guide du micro-entrepreneur. Dirigeant de FCIC - Médias online sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise.



Poster un commentaire

Copyright © SARL F.C.I.C 2018 - Le Guide du Micro-entrepreneur - Site édité par F.C.I.C.
vulputate, ut quis, Nullam tempus ut commodo non eget ante.