Quels sont les inconvénients du statut de la micro-entreprise ? | Le guide du micro-entrepreneur Quels sont les inconvénients du statut de la micro-entreprise ?
Le guide du micro-entrepreneur > Création d'une micro-entreprise > Quels sont les inconvénients d’une micro-entreprise ?

Quels sont les inconvénients d’une micro-entreprise ?

Bien qu’attractif sur le papier, la micro-entreprise est un statut qui présente tout de même certains inconvénients. Il ne peut s’appliquer à tous les projets et il n’est parfois pas intéressant, voire même défavorable pour le chef d’entreprise. Le guide du micro-entrepreneur vous présente les cinq inconvénients d’une micro-entreprise :

inconvénients d'une micro-entreprise

Inconvénient n° 1 : des conditions d’application restreintes

Le régime de la micro-entreprise n’est ouvert qu’aux :

  • Entreprises individuelles (EI),
  • Entreprises individuelles à responsabilité limitée (EIRL)
  • Et aux entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée (EURL) dont l’associé unique est également gérant de la société.

Par ailleurs, des conditions de chiffre d’affaires doivent être respectées. Cet élément ne peut excéder 170 000 euros pour les activités de ventes, fournitures de logement et ventes de denrées à consommer sur place ou à emporter (seuil du micro-BIC) et 70 000 euros pour les activités non commerciales ou pour les prestations de services commerciales (seuil du micro-BNC).

Le statut de la micro-entreprise ne peut donc bénéficier aux sociétés et aux projets de taille importante.

Inconvénient n° 2 : un régime fiscal parfois défavorable

Dans le régime de la micro-entreprise, les impôts et les charges sociales sont évalués forfaitairement après application d’un abattement calculé sur le montant du chiffre d’affaires (ou des recettes) un pourcentage. Ce dernier prend en compte toutes les dépenses auxquelles fait face l’entreprise : carburant, équipements, matériel, primes d’assurance, honoraires, frais postaux, frais de télécommunication, charges sociales, impôts, etc.

En d’autres termes, lorsque le montant des charges réellement rencontrées par votre entreprise dépasse celui de l’abattement, ce régime vous occasionne un surcoût. Il s’établit à :

  • 71 % du chiffre d’affaires pour les activités d’achat-revente ou de fourniture de logement,
  • 50 % du chiffre d’affaires pour les autres activités commerciales,
  • 34 % du chiffre d’affaires pour les prestations non commerciales.

Inconvénient n° 3 : un maintien difficile des aides de l’assurance chômage

Si vous bénéficiez de droits à indemnisation de l’assurance chômage, vous pouvez bénéficier d’un maintien des allocations d’aide au retour à l’emploi (il s’agit de l’ARE) lorsque vous créez votre entreprise.

Or, dans la régime de la micro-entreprise, l’indemnisation dépend du montant des recettes que vous avez encaissées. L’optimisation de la situation (en arbitrant entre dividendes et rémunération notamment) est ici impossible. Elle n’est envisageable que dans le cadre de la création d’une société commerciale.

La seule solution pour contourner cet inconvénient est d’opter pour un versement en capital des droits au chômage (ARCE). Si vous envisagez d’encaisser rapidement des factures, cette option vous permettra de percevoir environ la moitié des droits qu’il vous reste.

Inconvénient n° 4 : le piège de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

Les seuils permettant de bénéficier du régime de la micro-entreprise sont, à compter de l’imposition des revenus 2017, déconnectés du seuil de la franchise en base de TVA. Cela peut avoir une conséquence majeure : lorsque vous dépassez les seuils de la franchise de TVA, vous pouvez devenir redevable de cette taxe tout en bénéficiant du régime du micro.

L’imposition est sournoise. De ce fait, vous devez suivre votre l’évolution de votre chiffre d’affaires et de vos encaissements afin d’identifier le mois précis d’un éventuel dépassement. Vous pouvez, en effet, devenir redevable de la TVA dès le premier jour du mois du dépassement du seuil majoré de la franchise en base de TVA.

creation gestion micro-entreprise

Inconvénient n° 5 : une gestion des affaires peu évidente

La dispense de comptabilité peut s’avérer être un avantage au premier abord. Cependant, cette absence peut vous occasionner un certain nombre de problèmes.

Tout d’abord, étant donné que vous ne possédez aucun document financier (comptes annuels), vous pouvez rencontrer des difficultés à trouver des financements professionnels et également personnels. Il vous sera difficile de prouver la rentabilité de votre entreprise.

D’autre part, ce statut peut également entacher votre notoriété vis-à-vis de vos partenaires (clients/fournisseurs). Cela aura pour effet de diminuer votre crédibilité à leur égard.

Enfin, même si la comptabilité n’est pas obligatoire, il est indispensable que vous pensiez à gérer vos factures clients et à suivre leur recouvrement. Vous pourrez utiliser un simple tableur ou un logiciel de comptabilité-gestion-facturation.

Thibaut Clermont

Rédacteur et webmaster du site Le guide du micro-entrepreneur. Dirigeant de FCIC - Médias online sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise.



Poster un commentaire

Copyright © SARL F.C.I.C 2018 - Le Guide du Micro-entrepreneur - Site édité par F.C.I.C.
venenatis id justo nec porta. in dolor. quis, commodo ipsum ut